L’APM s’offre une respiration

Les Messins de Malek et Ruggeri n’ont pas laissé l’ombre d’une chance à une équipe veymerangeoise éteinte qui a subi sans jamais pouvoir se révolter.

VEYMERANGE – APM METZ: 0-3 (0-2)
Stade du Buchel. 150 spectateurs.
Arbitre: M. Kevin Château.
Buts: Swistek (13e et 69e s.p.), Di Rosa (38e).
Avertissements à Veymerange: Gentit (65e), Tardivon (69e).

VEYMERANGE: Bersweiler, Gentit, Bombino, Tardivon, Lénert (puis Pevérini, 45e), Kiffert, Colantonio, Chiarello (puis Falchi, 45e), Gourier, Pisu, Porzi (puis Guildorf, 45e).
APM METZ: Beckius, Khelfaoui (puis Payen, 58e), Maire, Massing, Michel, Charpentier, V. Sannier, C. Sannier, Swistek, Di Rosa (puis Colin, 80e), Kim (puis Mauger, 45e).

La Coupe pour booster. Mal embarquée dans son championnat de Division d’honneur, l’APM s’est, hier, offert mieux qu’une respiration, une fin de saison exaltante en se qualifiant avec la manière pour les demi-finales de la Coupe de Lorraine et un match jouable contre Sarrebourg. Et cette ouverture positive pourrait bien entraîner le maintien que cette équipe joueuse mérite.

En face, Veymerange n’a pas franchement existé, les Thionvillois avaient remporté le match de Metz (0-2), profitant des circonstances avant de se féliciter d’un match nul et blanc à domicile.
Hier, les partenaires de Tardivon se sont procuré la première occasion dès la 8e minute, Pisu effectuant un grand pont sur Beckius. Le gardien visiteur, avant de frapper le poteau. Mais, par la suite, on n’allait plus revoir les finalistes de la Coupe de Lorraine 2013 à pareille fête. Jouant bas, battu sur tous les deuxièmes ballons, dominé dans l’envie et dans tous les compartiments du jeu par une équipe messine en verve et brillante, à l’image de son milieu Clément Sannier et de son petit attaquant virevoltant Théo Di Rosa. Veymerange en était réduit à défendre sur des charbons.

Il fallait une claquette de Bersweiler pour s’opposer à une tentative de Clément Sannier (10e), mais le gardien thionvillois était devancé par la tête de Swistek quelques minutes plus tard sur un coup franc millimétré de Valentin Sannier (13e), L’APM jouait haut et continuait de presser et Veymerange ne s’en sortait pas. Sur deux contres, et en deux occasions, les Thionvîllois faisaient illusion par Porzi puis Pisu, mais Beckius, vigilant, était à la parade. Et ce qui devait arriver, se produisait juste avant la mi-temps. Lénert manquait un dégagement dont Di Rosa profitait pour battre Bersweiler pris de court sur la reprise (38e), Le break était fait.

Swistek enfonce le clou
Christophe Cranveaux avait beau remanier son effectif en faisant trois changements, rien n’y faisait. Manquant de jus, manquant de tout, et notamment de lucidité et d’esprit de révolte, Veymerange, qui perdait Kiffert, continuait de subir. Bersweiler devait parer au plus pressé et au pied (47e). Et un peu plus tard, une action confuse entraînait une faute sur Clément Sannier, passive d’un penalty que ne manquait pas Swistek, Veym’ buvait le calice jusqu’à la lie. Les réactions-spasmodiques de Courier (60e et 75e), ou de Guldorf (79e) étaient un baroud d’honneur. Il y avait longtemps que l’APM avait plié l’affaire.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • E-Mail