L’APM touche à ses fins

Fraîchement maintenue en DH, l’APM Metz a donné un autre relief à sa saison en y ajoutant sa première Coupe de Lorraine. Thaon a cédé hier en prolongation (2-1).

APM Metz – Thaon (2): 3 – 1
Stade Marcel Picot.
Temps lourd, terrain synthétique.
Spectateurs: 1100 (800 invitations, 300 entrées payantes).
Arbitre: M. Grossmann.
L’APM vainqueur après prolongation.
Buts pour l’APM Metz: Colin (10e), Soylu (109e); à Thaon: Leap (28e), Fauchart (94e).
Exclusion à Thaon: Fauchart (95e).

APM METZ: Beckius – Khelfaoui, Massing, Collin, F. Mauger – V. Sannier, C. Sannier (Soylu, 73e) – Di Rosa (Mehada, 72e), Charpentier (cap.), Kim (Pignet, 61e) – D. Mauger.
THAON: Denovillers – Leap, Fauchart (cap.), Biki (Odem, 46e), Frenot – Jeantet, Bezon – Ventrella (Durain, 98e), Kabanda, Parisot – Lusikama (Ouabi, 63e).

C’est une finale qui aura ressemblé à la saison de l’APM Metz : compliquée en permanence et savoureuse à l’arrivée. Car il faut bien comprendre que cette équipe était aux portes d’une relégation en DHR et d’une énorme gueule de bois un mois plus tôt et la voici aujourd’hui maintenue en Honneur depuis la dernière journée de championnat, vainqueur de la coupe de Lorraine pour la première fois de son histoire et sans doute frappée d’une autre gueule de bois ce matin. Joyeuse celle-là… « C’était notre deuxième finale en deux semaines, appréciait le capitaine Mathieu Charpentier. La coupe, après le maintien, c’est la cerise sur le gâteau, la récompense d’un groupe qui n’a rien lâché. »

Cette APM Metz s’appuie, autant l’écrire, sur une sympathique bande d’escrocs. Emmenée, hier, par deux braqueurs en chef : Damien Mauger s’est fendu d’un doublé et Corentin Massing, monstrueux en défense, a aussi signé un but décisif en prolongation. Le premier a frappé très tôt en récupérant un ballon dans la profondeur prolongé dans les buts de Denovillers (1-0, 6e), puis il a remis le couvert en fin de partie quand Julien Pignet s’est arraché pour récupérer un ballon que le buteur expédiait dans des cages vides (3-1, 107e). Avant cela, Massing s’était élevé plus haut que les autres sur un corner de Soylu pour placer une tête entrée avec la barre (2-1, 98e). Cette action a fait basculer la rencontre.

« On a joué la carotte »
Malgré le score, Thaon (DHR) n’a jamais laissé songer qu’il évoluait un niveau en dessous de son adversaire. Les Vosgiens avaient d’ailleurs égalisé rapidement grâce à une main de Colin dans la surface, sanctionnée d’un penalty transformé par Ventrella (1-1, 10e). Beckius a ensuite sauvé les siens devant Lusikama (45e + 2) avant qu’Odem ne place une tête à côté (69e). La chaleur écrasante, le physique cahotant et l’expulsion de Fauchart sur un deuxième avertissement ont finalement eu raison de Thaonnais qui ont souvent brillé par leur technique mais parfois souffert en contre. D’où cette analyse ciselée de Damien Mauger : « Ils ont eu la possession, on a joué la carotte et on leur a mise. »

Sans surprise, un Stéphane Ruggeri « très heureux » savourait le comportement de ses protégés. « C’est une fin de saison incroyable et la consécration d’un groupe qui est resté uni dans la difficulté », souriait l’entraîneur. Cette équipe avait d’étonnantes ressources en effet. Elle a seulement pris son temps, cette année, pour faire étalage de ses qualités. A l’avenir, elle pourra contempler un trophée inédit dans sa vitrine s’il lui vient l’envie de se souvenir de cette saison délirante.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • E-Mail