L’APM Metz impuissant

APM METZ – LUNEVILLE : 0-2 (0-1 )
Stade Emile Weinberg. Arbitre : M. Dieudonné.
Buts pour Lunéville : Caron (10e, s.p.), Nowak (84e).
Avertissement à l’APM : Soylu (45°); à Lunéville : Brice (9e), Perot (77e).

APM METZ. Beckius, Pignet, Sikharulidze, Payen, Colin, Charpentier, Soylu (Lusamba, 72e), Hamouta, Lopriore (Swistek, 56e), Dengler (Morel, 86e), Mauger.
LUNÉVILLE. Meyer, Brice, Perot, Demirli, Alhammaoui, Caron, Concalves Allan, Concalves Anthony, Borel, Legrand, Nowak.

Cinq places séparaient Lunéville, solide dauphin du groupe, et l’APM Metz, qui pointait au septième rang. Les visiteurs faisaient respecter leur statut, débutant mieux la rencontre grâce à la vitesse de Legrand et Nowak qui posaient des problèmes à la défense locale.

Un penalty sévère pour une faute de Colin sur Alhammaoui à l’entrée de la surface permettait à Caron de donner l’avantage à Lunéville, malgré la parade de Beckius qui touchait le ballon (10e).

Les locaux perdaient des ballons au milieu et les Meurthe-et-mosellans menaient de nombreux contres. A deux reprises, Payen contrait in extremis. Puis l’APM reprenait la maîtrise du jeu. Hamouta lançait Mauger qui était stoppé par la défense adverse. Mauger effaçait Demirli mais sa frappé était déviée en corner par Meyer. Payen sauvait encore une situation dangereuse dans ses 6 mètres suite à un centre d’Anthony Goncalves. Soylu adressait un bon tir cadré sur coup franc mais Meyer était à la parade. Le jeu s’équilibrait et les défenses prenaient le dessus sur les attaques.

Nowak trompe Beckius
La seconde période reprenait sur un bon rythme et le ballon allait d’un camp à l’autre mais sans véritable danger. Un coup franc rapidement joué par Dengler trouvait Swistek qui éliminait son défenseur mais sa frappe était trop croisée.

Côté lunévillois, c’est Legrand qui croisait trop. Une bonne combinaison dans le couloir gauche entre Dengler et Mauger permettait à ce dernier de servir en retrait Lusamba qui ne cadrait pas.

Lunéville enlevait tout suspens aux derniers instants du match sur un service de Borel pour Nowak entre deux défenseurs. Le tir croisé de l’attaquant meurthe-et-mosellan trompait Beckius. La messe était dite.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • E-Mail