Petits secrets d’une grande victoire

Rodée aux matches-couperets, forte dans sa tête, l’APM Metz a remporté, après prolongation, le plus beau trophée de son histoire. Deux témoins privilégiés en racontent les coulisses et les à-côtés.

APM METZ – THAON: 3 – 1

Une finale est-elle un match comme les autres? Faut voir… Deux heures avant le coup d’envoi de l’évènement de la fin de saison, les seize joueurs de l’APM se sont retrouvés dans leur quartier général d’Emile Weinberg. Comme pour n’importe quel match de Division d’Honneur.

« Ca faisait deux mois qu’ils jouaient des finales pour le maintien, philosophe Stéphane Ruggeri. Ils savaient ce qu’ils avaient à faire. On s’est préparé de la manière la plus simple, en axant sur la récupération. « 

C’est seulement au pied du stade Marcel-Picot que le changement de dimension a pris corps. « On était comme des gamins avec nos portables« , se marre Damien Mauger. N’en déduisez pas que les Messins sont venu en touristes à Tomblaine. « Comme le dit le coach, une finale ne se joue pas, elle se gagne.  »

Elle s’est préparée dans un confort habituellement apanage des pros. « Tout a été mis en oeuvre pour nous mettre dans de bonnes conditions, constate Ruggeri. Je tire un grand coup de chapeau à la Ligue de Lorraine « .

« On était dans le vestiaire de l’ASNL, raconte son attaquant double buteur (6e et 107e). Tous nos maillots étaient prêts dans les casiers, on est allés les chercher. Ca donne des émotions.  »

Les Municipaux en ont eu une overdose à l’issue d’une finale suffocante, moins à cause du jeu que de la chaleur. « Sur le plan mental, il ne pouvait rien nous arriver, analyse l’entraîneur. A dix après l’expulsion du gardien, Thaon était cramé « .

« Après 120 minutes sous 30°C« , le coup de sifflet finale « était une libération » estime Mauger.

Pour son équipe, mais aussi pour 300 supporters de l’APM. « Il y avait les familles, les joueurs de l’équipe B, des gens qu’on ne voit pas d’habitude, dit Ruggeri. J’étais heureux de les voir heureux.  »

Le retour à Metz a prolongé l’euphorie. « Les dirigeants et les bénévoles nous ont attendus au club avec une grande table et un barbecue.  » L’ultime souper pour Damien Mauger qui changera de club la saison prochaine. Et pout Stéphane Ruggeri qui se lève du banc au bout d’un an, avec le sentiment d’avoir  » outrepassé (sa) mission « . Rester en DH, avec un bonus gros comme une coupe.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • E-Mail