Yutz regoûte au succès :

APM METZ – YUTZ : 1-4 (0-2)
Stade Emile Weinberg.
Arbitre: Mme. Taesch.
Buts pour l’APM Metz : Dengler (50e); pour Yutz : O.Planel (32e s.p; 90e+2), Dobrowolski (45e, 79e).
Avertissements à Yutz : Planel JB (60e), Maaheri (65e).

APM METZ. Beckius – Pignet, Sikharulidze, Charpentier (cap.), Perfetto (Dengler, 46e)-, Swistek (Didier, 71e), Sannier, Soylu, Lopriore – Mehada, Mauger (Mehada,75e).
YUTZ. Gonzales – Weber, Delgado, Sgro, junger- Dann (cap.), Maaheri (Zahi, 65e), Planel JB, Planel O. – Dobrowolski, Karolyi.

Peu d’occasions dangereuses à se mettre sous dent. La première est pour les Messins de l’APM : Swistek s’enfonce dans le milieu de terrain et décroche un tir de vingt mètres que Gonzales, le gardien
de Yutz, est contraint de détourner des deux poings (12e). La réplique yussoise ne tarde pas, matérialisée par un coup franc et une tête de Junger qui passe au-dessus de la barre transversale (14e).

Un penalty sévère
A la demi-heure de jeu, suite à un cafouillage dans la surface de réparation adverse, Lopriore reprend trop mollement le ballon qui arrive dans les bras du gardien. Et puis le ballon qui rebondit sur un terrain inégal frôle le bras de Pignet… Le penalty, sévère en la circonstance, est transformé par Olivier Planel (32e). La réaction de l’APM Metz vient de Sannier, dont le tir dans une forêt de jambes ne change rien.

Dans le temps additionnel de la première période, l’avant-centre de Yutz s’infiltre dans la défense et vient crucifier Beckius.

La deuxième mi-temps reprend sur le même rythme et la réduction du score intervient cinq minutes après le retour des vestiaires. Sur un renversement de jeu, Sikharulidze centre au cordeau pour Dengler qui reprenait rageusement de la tête. Le ballon finissait au fond des filets la belle reprise de volée de Mauger passe ensuite de peu à côté (65e).
Dans la foulée, ce dernier trouve les filets mais son but est refusé pour un hors-jeu peu évident. Puis par deux fois, Swistek échoue sur le gardien qui renvoie d’abord le ballon de la cuisse avant de s’en saisir et d’écarter le danger.

Survenait alors ce départ sur la droite de l’avant-centre de Yutz : sa frappe croisée trompait tout le monde pour aller se loger dans le coin du but au second poteau (79e).

Enfin au plus fort de la poussée messine, un quatrième but yussois, anecdotique, venait corser l’addition (90e+2).

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • E-Mail